fbpx

Les coupes du monde en courte piste sont sur le point de débuter et surglace.ca a pensé vous offrir un avant-goût des patineurs à surveiller en cette saison 2019-2020.

Les Canadiens

Les meilleurs patineurs canadiens ont récemment démontré toute l’ampleur de leur préparation estivale, lors des qualifications nationales, et six hommes et six femmes seront prochainement de passage à Salt Lake City et à Montréal afin d’y participer au premier segment nord-américain des Coupes du monde.

Les performances impressionnantes de Steven Dubois il y a deux semaines nous permettent de croire qu’un podium est envisageable à chaque distance à laquelle il participera. Avec une fiche parfaite sur les six distances parcourues aux dernières qualifications, on peut aisément s’attendre au meilleur de sa part. Mais attention, gagner au Canada et gagner à l’international sont deux choses bien différentes. Les stratégies et les trajectoires de course qui fonctionnent bien ici n’offrent aucune garantie contre les meilleurs patineurs des autres pays. Sa récente supériorité en course lui a permis de gagner sans pour autant faire des courses sans faille. Si l’erreur est pardonnable au niveau canadien (aussi mince soit-elle), rien n’est aussi certain contre les meilleurs au monde. À voir.

Toujours du côté des hommes, beaucoup de questions se posent quant à la tenue de Charles Hamelin à la suite de ses multiples blessures et quelques semaines au repos forcé pendant l’été. Une place sur l’équipe de course lui a été octroyée malgré son absence aux qualifications du mois dernier. Il prendra donc part aux Coupes du monde cette année. La forme et la santé devront être aux rendez-vous bien sûr, mais contrairement aux autres patineurs canadiens, il n’aura pu bénéficier d’une première compétition à l’interne pour se remettre dans le bain. Les premiers tests se feront donc « live » sur glace à Salt Lake City.

Du côté des femmes, Kim Boutin jouera une fois de plus les premiers violons. Rien ne laisse présager pour l’instant qu’elle cédera sa place en tant que meneuse au sein de l’équipe féminine bien que la relève soit au rendez-vous. Les qualifications n’ont été pour elle qu’une simple formalité. L’opportunité pour elle de devenir la meilleure patineuse au monde est maintenant plus que jamais à sa portée. Elle a le vent en poupe!

Pour ce qui est de la relève, Alyson Charles sera en mission. Celle qui a gagné plusieurs médailles en Coupe du monde la saison dernière aura en tête de maintenir le cap vers d’autres podiums. Bien qu’elle soit plus à l’aise sur courtes distances, elle a le potentiel pour atteindre des finales A dans chaque distance. À choisir dans votre pool! (s’il en existe un bien sûr…)

Le reste du monde

Côté masculin

Les dernières années ont permis l’éclosion de nouvelles puissances mondiales comme la Russie et les Pays-Bas. C’est toutefois en Hongrie que se passe le plus gros buzz en courte piste ces dernières années. On a qu’à penser aux frères Liu qui ajoutent beaucoup de piquant aux finales A avec des dépassements et une agilité déconcertante. L’équipe masculine est par ailleurs tenante du titre olympique au relais. Ils ont réussi l’exploit titanesque d’avoir remporté la seule et unique médaille d’or olympique hongroise aux jeux d’hiver. L’entraîneure en chef d’origine chinoise Lina Zhang semble décidément avoir trouvé la bonne formule. Tellement que certains ont voulu se joindre à eux afin d’y parfaire leur capacité à gagner.

Prenons en exemple les patineurs Semen Elistratov (Russie), John-Henry Krueger (Américain en phase de naturalisation hongroise) et l’Australienne Deanna Lockett qui se sont joints à eux pendant l’entraînement estival.

Gardons un œil sur Elistratov, peut-être saura-t-il ajouter une corde à son arc en plus de ses désormais classiques et spectaculaires « finish ». Pour ce qui est de Kruger, un accident ayant causé une vilaine coupure à la cuisse le tiendra à l’écart une partie de la saison. Ce n’est que partie remise pour lui puisque nous devons nous attendre à le voir porter l’uniforme hongrois aux prochains Olympiques de Beijing.   

Bien qu’il ait dû manquer une partie de la saison dernière en Coupe du monde, le Chinois Wu Dajing n’était pas au sommet de son art au dernier mondial. Il sera intéressant de voir dans quelle forme se présentera le détenteur du record mondial au 500 mètres.

Du côté des Sud-Coréens, la suspension du champion du monde en titre Lim Hyo Jun se fera probablement sentir. (Pour l’info, il subit actuellement une suspension pour harcèlement envers un autre patineur. Nous vous épargnons les détails. Pas très impressionnant de la part d’un champion de sa trempe). Hwang Dea-Heon devrait toutefois être en mesure de mener la charge. Ne nous inquiétons pas trop pour eux, ils ont une surprenante capacité à remplacer des « top guns » par d’autres « top guns » année après année. La saison 2019-2020 ne devrait pas faire exception.

Côté féminin

Suzanne Schulting est sans contredit la patineuse à surveiller sur le circuit cette année. Son récent titre de championne du monde pourrait lui insuffler une dose supplémentaire de confiance. Reste à voir si elle a d’aussi bonnes aptitudes à gérer la pression d’être désormais la cible de toutes.

La saison 2019-2020 nous donnera droit au retour de la reine des jeux de Pyeongchang, l’italienne Arianna Fontana. La tenante de huit médailles olympiques a pris une année sabbatique l’an dernier. Elle aussi s’est entraînée avec les Hongrois… parlant du buzz hongrois, même la reine n’y a pas échappé.

De son côté, la Britannique championne du monde en 2017 Elise Christie n’a pas impressionné l’an dernier. Elle devra avoir redoublé d’ardeur pendant la saison morte pour demeurer parmi les meilleures au monde. Elle en a la capacité, mais rien n’est acquis dans un sport où les choses évoluent aussi vite.

De la Corée, Choi Min Jeong s’est quant à elle entraînée en terres états-uniennes en compagnie de la Russe Sofia Prosvirnova. Certains signes portent à croire que les choses ne tournent pas rond à la fédération coréenne. Il n’est pas coutume de voir une de leurs meilleures s’expatrier.

Une rumeur pour terminer. À 33 ans, Viktor Ahn préparerait un retour sur glace…

Bonne saison à tous!

Pour acheter des billets pour la coupe du monde ISU de Montréal les 9-10 novembre prochains

Francois-Louis Tremblay

Francois-Louis Tremblay

Chroniqueur - surglace.ca

Patineur de vitesse courte piste à la retraite depuis 2013. Il a participé aux Jeux Olympique de 2002, 2006 et 2010. Il est l’homme le plus médaillé de l’histoire des jeux d’hiver ex aequo avec Charles Hamelin et Marc Gagnon avec 5 médailles.

Ceux qui partent, ceux qui restent

Ceux qui partent, ceux qui restent

Dans le petit monde du sport canadien, qui n’a pas été surpris de la retraite du patinage de vitesse de Samuel Girard? Champion olympique, athlète dans la fleur de l’âge, talentueux comme peu le sont avec un avenir en or quasi assuré. Faudrait avoir perdu la tête pour...